Robert A. Heinlein:

les enfants de Mathusalem (Methuselah's Children)

Il commença à débrancher son appareil.
— Mais qu'est-ce que vous faites, Andy? s'exclama Lazarus. Nous n'avons même pas dépassé l'orbite de Mercure. Pourquoi mettre les freins maintenant?
— Cela ne nous ralentira pas. Nous avons acquis de la vitesse, et nous la conserverons.
Lazarus le regarda en se caressant le menton:
— En principe oui; c'est la première loi du mouvement. Mais cette pseudo-vélocité, je me demande. Nous l'avons acquise pour rien, sans dépenser d'énergie. Vous parlez comme si l'inertie n'existait plus. Lorsqu'elle reprendra ses droits, est-ce que toute cette vitesse gratuite ne retournera pas là d'où elle vient?
— Cela m'étonnerait, répondit Libby. Notre vitesse n'est pas "pseudo-quelque chose". Elle est parfaitement réelle. Vous appliquez une logique anthropomorphique verbale à un domaine où elle n'est pas valable. Vous ne croyez quand même pas que nous allons revenir à notre potentiel de gravitation précédent?
— Celui de l'endroit où vous avez branché votre accélérateur spatial? Apparemment pas. Nous avançons.
— Et nous continuerons à avancer. L'énergie potentielle que nous venons d'acquérir n'est ni plus ni moins réelle que notre énergie cinétique propre. Toutes deux existent.
— Je crois que vous m'avez eu, Andy... Mais quand même, nous avons dû prendre cette énergie quelque part. Mais où? A l'école, on m'a appris à respecter le drapeau, à voter pour la majorité, et à croire en la loi de conservation de l'énergie. Et on dirait bien que vous avez violé cette loi!
— Ne vous faites pas de bile, lui conseilla Libby. Cette prétendue loi de conservation de l'énergie n'était qu'une hypothèse de travail que personne n'a jamais pu démontrer et qui correspondait grosso modo aux phénomènes les plus évidents. Ce n'est pas plus terrible qu'une fonction discontinue — j'ai vu qu'il existait une discontinuité dans le modèle mathématique de l'aspect de l'énergie-masse que l'on nomme inertie. J'ai appliqué cette nouvelle notion à la réalité, mais je ne pouvais savoir avec certitude qu'elle s'y appliquait qu'en en faisant l'expérience.
— Oui, oui, on ne sait jamais le goût que ça a avant d'avoir mordu dedans. Mais, Andy, je ne vois toujours pas quelle en est la cause! Et vous, Slayton?
— J'aimerais bien le savoir, mais je doute pouvoir le comprendre même si l'on me l'expliquait.
— Je crois bien être dans le même cas que vous. Alors, Andy?
— Mais voyons, Lazarus, la causalité n'a rien à voir avec le milieu réel. Les faits existent, c'est tout. La causalité n'est rien qu'un postulat dépassé de la philosophie préscientifique.
— Je dois être vieux jeu, dit Lazarus.
Au lieu de répondre, Libby débrancha son appareil.

SACHEZ EN PLUS SUR CE ROMAN (in English) - KNOW MORE ABOUT THIS NOVEL

GREAT OFFERS FOR ROBERT HEINLEIN BOOKS AT AMAZON.COM

RETURN TO SCIENCE FICTION MAIN PAGE

Home > Science-Fiction > Robert A. Heinlein: Les enfants de Mathusalem (Methuselah's Children) (updated 2004/06/26)